Avis en vrac #12 – Spécial jeunesse/young adult

Hello !

Et cékiki a la flemme d’écrire 15 000 chroniques ? C’est moiiiiii ! Bon, plus sérieusement ça me paraissait tout aussi pertinent de regrouper des avis rapides sur mes dernières lectures ici, plutôt que d’en faire des chroniques pas terribles et avec peu de contenu parce que jesaispasquoidire (et comme c’est mon blog je fais ce que je veux, voilà). Préparez de quoi boire, ça va peut-être être un peu long ! (mais voyez le bon côté des choses, ça ne fait pas 6 notifications dans le lecteur wordpress/6 mails de newsletter mais 1 seul/e :D)


couv14970100Boys don’t cry – Malorie Blackman

287 pages – Milan

Dante attend les résultats de ses examens. Le courrier qui lui ouvrira les portes de l’université. De sa future vie. Celle dont il a toujours rêvé.
Mais quand on sonne enfin à la porte, ce n’est pas le facteur, c’est Mélanie. Son ex-copine, dont il n’a plus entendu parler depuis des mois. Avec un bébé. Le sien. Le leur.
Etre père à 17 ans ? Il y a de quoi pleurer. Mais les garçons ne pleurent jamais…

Je n’attendais pas grand chose de ce roman, et j’ai été très agréablement surprise par ma lecture. Malorie Blackman arrive à construire une histoire plutôt complète en très peu de pages, y abordant différents thèmes importants, et à mon sens bien traités. Certains éléments sont prévisibles, le tout est peut-être un peu convenu, mais ça ne m’a pas empêchée de beaucoup apprécier ma lecture. Le personnage de Dante a des réactions parfois assez horripilantes mais plutôt crédibles pour son âge, et on le voit évoluer (un peu rapidement, mais c’est la longueur du récit qui veut ça, et ça ne m’a pas gênée plus que ça). J’ai beaucoup aimé Adam, que j’ai trouvé très attachant et touchant. Ce qui lui arrive est triste, révoltant, et même s’il reste assez en retrait une bonne partie du roman j’ai trouvé sa partie de l’histoire très intéressante. Je n’aurais pas été contre un peu plus de développement de ce personnage d’ailleurs. Ce livre se lit très rapidement, l’écriture est fluide, c’est un chouette roman qui vaut le détour !


Les derniers battements du cœur – Kelley York et Rowan Altwoodcouv63884645

329 pages – Pocket jeunesse

Selon une légende japonaise, plier 1000 origamis peut soigner n’importe quelle maladie. Si cela pouvait guérir Luc, Evelyn serait prête à en faire des millions…
Quand Luc avait 16 ans, une inconnue lui a sauvé la vie : on lui a transplanté son cœur. Trois ans après, son corps rejette la greffe.
Lassé des hôpitaux et des traitements, Luc se résigne à faire ses adieux. Pour cela, il s’organise un roadtrip à travers l’Oregon, où l’euthanasie est légale. Mais sa meilleure amie, Evelyn, se joint au voyage et réveille en lui des sentiments enfouis. Sa présence suffira-t-elle à lui redonner l’envie de se battre ?

Kelley York signe ici un nouveau très beau roman, qui ne laissera pas insensible… L’histoire en elle-même n’est pas d’une originalité folle, mais la double plume est suffisamment efficace pour emporter le lecteur, et briser son cœur au fil des pages. Le sujet abordé, même si déjà-vu, n’est pas facile, et Kelley York et Rowan Altwood arrivent à en faire ressortir beaucoup d’émotions, sans tomber dans le pathos. Dès le prologue on sait que les choses ne tourneront pas rond, sans pour autant deviner ce qui va se passer, et on tourne les pages avec une appréhension dont il est difficile de se défaire (peut-être à raison ? ou peut-être pas ?).
J’ai trouvé des similitudes entre le personnage de Luc et celui de Vince dans La rencontre du dernier espoir, ce côté froid et distant qui les pousse à se couper du monde afin de ne pas faire souffrir leur entourage. J’ai apprécié le personnage d’Evelyn, son optimisme et sa force dans les épreuves qu’elle traverse. La relation entre les deux personnages est belle, c’est agréable d’avoir une relation qui existait déjà avant le roman et qui ne précipite pas les choses (quoique peut-être un peu, mais le contexte l’explique, et les auteures justifient bien leurs choix via les pensées des personnages).
Bref, c’était une super lecture, qui m’a mis la boule au ventre, pour ensuite me réchauffer le cœur avant de le briser en mille morceaux. Et comme je suis un peu maso, j’en redemande et j’ajoute de ce pas Le piège de l’innocence à ma wishlist !
Merci Élé pour la lecture commune ♥


couv40969758Le garçon en pyjama rayé – John Boyne

205 pages – Folio junior

Vous ne trouverez pas ici le résumé de ce livre car il est important de le découvrir sans savoir de quoi il parle. On dira simplement qu’il s’agit de l’histoire du jeune Bruno que sa curiosité va mener à une rencontre de l’autre côté d’une étrange barrière. Une de ces barrières qui séparent les hommes et qui ne devraient pas exister.

Et ben si je m’attendais à ça ! Le résumé ne nous dit rien sur ce livre, si ce n’est qu’il y a une histoire de « barrière ». Je savais quel était le thème général de ce roman, mais je ne m’attendais pas à avoir ce point de vue, et à ce que ce soit aussi terrible (enfin si, mais non). C’est un livre jeunesse, et il y a beaucoup de choses qui sont simplement suggérées, mais quand on comprend ce qu’il y a derrière, c’est très dur, peut-être même plus que si les choses étaient dites clairement. Les livres qui confrontent l’innocence de la jeunesse et la cruauté de l’être humain ont toujours tendance à me remuer (comme Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur et Petit pays), et bien là nous en avons un nouvel exemple. Bruno ne comprend pas ce qui se passe, il réagit de manière très naïve et ça donne une atmosphère plutôt pesante à ce roman. Et cette fin, au secours !!! Je me demande quand même ce qu’en comprennent les jeunes qui lisent ce livre, est-ce qu’ils saisissent toutes les allusions pas franchement rigolotes ? Bref, je suis incapable de vous dire si je vous conseille ou pas ce roman, sachez en tout cas qu’il ne laisse pas indifférent (oui, tout ça pour dire ça).


Grisha, tome 1 : Les orphelins du royaume – Leigh Bardugocouv67345894

314 pages – Castelmore

Orpheline, Alina ne peut compter que sur elle-même. Quand l’armée la recrute pour une expédition dans la Nappe d’ombre, un brouillard maléfique qui déchire le royaume, la jeune fille s’attend à y laisser sa peau… Les rares survivants des précédents raids racontent que des monstres s’y repaissent de chair humaine ! Seul Grisha, puissants magiciens, sont à même de lutter contre cette malédiction. Et si cette épreuve révélait aux yeux de tous la véritable nature d’Alina ?

Si je devais résumer ma lecture, je vous dirais que « ma foi, c’était plutôt cool » (et je retournerai boire ma tisane enroulée dans mon plaid avec mes 8 chats) ! J’avais peur d’être perdue dans cet univers original créé par Leigh Bardugo, mais les bases qu’elle pose dans ce premier tome sont plutôt bien expliquées et faciles à suivre (ok, peut-être que ma lecture de Six of crows ♥ m’a aidée). Et donc, l’univers est top, les personnages sont chouettes (je l’avoue, j’ai un peu craqué pour le Darkling. Mais juste un peu hein, je suis une personne raisonnable). Les trucs qui me saoulent d’habitude (que je ne citerai pas parce que je ne veux pas vous spoiler, mais qui sont faciles à deviner parce que je suis un peu trop prévisible) sont passés sans problème. Je pense que l’écriture de l’autrice n’y est pas pour rien, je m’étais déjà fait la réflexion dans Six of crows, j’aime sa manière d’amener les choses, de les travailler à sa sauce et de nous surprendre au passage. La fin ne nous laisse pas trop sur un suspense insoutenable, mais j’ai hâte de lire la suite, et peut-être même que je vais être totalement déraisonnable et les acheter en VO parce que les couvertures sont trop belles. Voilà.
(oui je le reconnais, cet avis est nul, mais que voulez-vous c’est le chaos dans ma tête. Retenez juste que Grisha c’est cool, Six of crows c’est cool, et Leigh Bardugo c’est cool !)


couv75490752Si loin de toi – Tess Sharpe

480 pages – Collection R

Sophie Winters a failli mourir. Deux fois.
La première fois, elle est âgée de quatorze ans et réchappe à un terrible accident de voiture qui la laisse avec de multiples cicatrices, une jambe qui boite et une dépendance à l’oxycodone, un puissant antidouleur dont il lui faudra plusieurs années pour se désintoxiquer.
La seconde fois, elle a dix-sept ans, et ce n’est plus un accident. Sophie et sa meilleure amie Mina se font attaquer dans les bois par un homme masqué. Sophie survit, mais Mina n’a pas cette chance. Lorsque les policiers concluent à un deal de drogue qui a mal tourné, rejetant partiellement la faute sur Sophie, personne ne veut croire ce qui est pourtant la vérité : cela fait plusieurs mois que Sophie est clean, et c’est Mina qui l’a conduite dans les bois lors de cette nuit fatale pour un rendez-vous auréolé de mystère.
Après un séjour forcé en cure de désintoxication, Sophie revient chez elle se confronter à une nouvelle réalité plus que glaçante. Le frère de Mina ne veut plus lui adresser la parole, ses parents craignent qu’elle ne fasse une rechute, ses anciens amis sont devenus des ennemis, et Sophie doit réapprendre à vivre sans celle qui était sa moitié. Pire encore, personne ne se pose les bonnes questions et Sophie va devoir démasquer le meurtrier par ses propres moyens. Mais à chaque petit pas qu’elle fait, Sophie s’approche davantage d’une révélation totale, sur elle-même, sur Mina… et sur le secret que les deux amies partageaient.

Comme je suis quelqu’un de naïf, j’ai foncé tête baissée en lisant sur la quatrième de couverture que les fans de Nos étoiles contraires avaient ou allaient adorer ce roman. Evidemment, avec le recul je me dis que je n’aurais JAMAIS dû ne serait-ce qu’espérer qu’un livre puisse arriver à la cheville de Nos étoiles contraires. Vous le sentez venir le flop ? Parce que c’est le moment (encore).
Sur le fond, on est pas trop mal, avec un côté un peu enquête/thriller à la Pretty little liars qui tient en haleine. Les thèmes abordés sont intéressants, ça change un peu et ça m’a semblé plutôt réaliste et juste (au sens « avec justesse » et pas « avec justice » hein). Je n’ai pas trouvé la plume exceptionnelle, mais c’est plutôt fluide, j’ai lu les 480 pages en une journée (ok, surtout parce que je n’avais pas envie qu’il me reste 1000 ans sur les bras). Mais par contre, qu’est-ce que je me suis ennuyée ! Il y a pas mal de longueurs, de chapitres pas franchement utiles qui m’ont donné plus d’une fois l’envie d’abandonner. Le récit se compose de chapitres alternant entre maintenant et le passé (il y a 3 ans, 1 an, 4 mois…), tout dans le désordre, et ça m’a donné une impression de fouillis pas possible. Les chapitres ont quand même un certain lien entre eux, mais ces allers/retours incessants dans le temps m’ont totalement perdue. La partie qui me happait le plus était celle du présent et j’avais l’impression d’être coupée dans mon élan à chaque fin de chapitre. Pour le côté « enquête », ce que j’aime c’est pouvoir faire des hypothèses sur ce qui s’est passé, suspecter tout le monde avec des théories toutes plus farfelues les unes que les autres (ou alors pas du tout originales parce que j’ai trop regardé de séries policières). Et finalement, là on nous donne très peu d’indices et quand on arrive au dénouement ben c’est assez plat, et ça sort de nulle part. C’est dommage parce que l’histoire de fond est belle, les thèmes importants, mais je crois que je me serai contentée soit de l’enquête sur la mort de Mina, soit de l’histoire (racontée dans l’ordre svp) de Sophie et Mina. Pas de tout en même temps dans le désordre. Et clairement ça n’a rien à voir avec Nos étoiles contraires. Donc on arrête de tout comparer pour attirer le cha’land, parce que le cha’land il finit toujours déçu et il en a gros.


3000 façons de dire je t’aime – Marie-Aude Murailcouv732920551

272 pages – L’école des loisirs

Chloé, Bastien et Neville ont eu en cinquième une professeure de français qui n’aimait que les livres qui finissent mal. Un soir, elle les a emmenés pour la première fois au théâtre voir une représentation de Dom Juan de Molière. Cette soirée a changé leur vie. C’est décidé, ils seront comédiens !
Six ans plus tard, leur désir de monter sur scène est intact et ils se retrouvent au conservatoire d’art dramatique de leur ville. Le professeur le plus réputé, Monsieur Jeanson, les prend tous les trois dans son cours.
Chloé va devoir concilier les cours de théâtre avec le rythme intensif de la classe préparatoire qu’elle vient d’intégrer. Bastien, prêt à tout pour faire rire, pense qu’il suffit de regarder une vidéo de Louis de Funès pour apprendre la tirade d’Harpagon. Le beau et ténébreux Neville a peur de se donner les moyens de son ambition, d’être un autre pour savoir enfin qui il est. Comment le théâtre va-t-il lier pour toujours la jolie jeune première, le valet de comédie et le héros romantique que Jeanson a su voir en eux ?

Je continue ma découverte de l’inépuisable bibliographie de Marie-Aude Murail, et j’aime toujours beaucoup le style de cette auteure ! Je suis un peu moins convaincue par l’histoire de celui-ci, qui m’a moins fait rire, sourire ou émue que Sauveur et fils ou Simple, mais ça reste une lecture sympa qui m’a fait passer un bon moment. Le thème du théâtre ne me parle pas trop donc je n’ai pas été totalement embarquée, mais je pense que ceux qui apprécient ce sujet sauront sans problème apprécier ce roman. Je me suis également moins attachée aux personnages qu’à ceux des autres romans de l’auteure, mais c’est le jeu et je ne suis pas déçue pour autant. Et Marie-Aude Murail est tellement prolifique que je suis certaine d’être conquise par d’autres de ses romans à l’avenir ! (en fait, pour faire simple, j’aime tellement ce que fait Marie-Aude Murail que même quand j’aime moins un de ses bouquins, je l’aime quand même (le bouquin, ou Marie-Aude, c’est comme vous voulez))


Et vous, vous avez lu ces livres ?
Publicités

33 commentaires sur “Avis en vrac #12 – Spécial jeunesse/young adult

Ajouter un commentaire

  1. Le piège de l’innocence m’avait bien plu (tu fais bien de l’avoir dans ta wish list), donc ce nouveau roman de l’autrice me tente. Autrement, Boys don’t cry, Le garçon en pyjama rayé (le film est très difficile aussi, quand on connaît la fin à l’avance) et Grisha sont des romans qui m’ont beaucoup plu aussi.

    Aimé par 1 personne

  2. Je n’ai pas lu Boys don’t cry, mais j’aime beaucoupbeaucoup Mallory Blackman depuis Entre chiens et loups alors ça ne me surprend pas que celui-ci soit bien aussi ^^
    Et pour L’enfant au pyjama rayé, je comprends tout à fait ta réaction !! Moi j’ai adoré, mais c’est pas pour autant que j’ai pas été dévastée en le lisant (beaucoup trop de négations… t’as compris le principe) et laisse-moi te dire que le film est pas plus tendre haha mais pareil, Petit Pays et Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur ont été des coups de coeur (et Quelques minutes après minuit, aussi, dans la même veine.. mammamia, j’ai pas encore osé voir le film) ça doit être un petit côté maso, je sais pas 😉

    Aimé par 1 personne

    1. Entre chiens et loups est quelque part dans les tréfonds de ma wishlist 😀 Par contre j’ai lu beaucoup d’avis très mitigés sur Sombres étoiles, tu l’as lu ?
      Ooooh mais Quelques minutes après minuit est aussi dans ma wishlist (un peu moins dans les tréfonds d’ailleurs), j’ai hâte de le découvrir (un jour)(quand Palinette aura un peu maigri)

      J'aime

      1. Non, j’ai lu que les 4 tomes de Entre chiens et loups, et La couleur de la peur (que j’ai lu il y a looooongtemps, mais que j’avais trouvé chouette je crois) ^^
        Ah ben tu vas souffrir aussi je te préviens, mais il est tellement beau !

        Aimé par 1 personne

  3. Hormis ton flop qui ne me tentait pas du tout à la base, toutes ces lectures sont des bouquins qui me tentent plutôt. Après, comme je commence à saturer un peu du yang adulte, il faut en général que j’étale ce genre en dispersant une lecture par-ci par-là au milieu d’autres. À part peut-être pour Grisha, vu que j’attendais que ça sorte en français avant de me lancer dans six of Crows.

    J'aime

  4. Merci pour ces découvertes, Grisha me tente tellement, j’espère pouvoir découvrir cette série (comme Six of Crows). Pareil pour le Garçon en pyjama rayé, depuis que j’ai vu le film, le roman m’intrigue beaucoup.

    J'aime

  5. Je ne savais même pas que Boys don’t cry était sorti en poche ! 🤔 C’est plutôt chouette puisqu’il me tente. Je n’ai toujours pas lu un seul Kelley York alors que ses romans m’intéressent. Il serait peut-être temps que je me lance ! Je pense franchement que Le garçon en pyjama rayé me plaira le jour où je le lirai car je suis fortement intéressée par cette période historique. J’ai lu le premier tome de Grisha et j’ai beaucoup aimé ma lecture 🙂 Maintenant, je reconnais que quelques passages sont un peu lent mais j’ai également bien aimé le Darkling, j’avoue :p

    Aimé par 2 personnes

  6. J’avais trop trop aimé Boys don’t cry aussi !! Une histoire très touchante et belle, même si ce n’est pas évident pour le héros… Dommage par contre pour Si loin de toi, je me rappelle avoir bien apprécié^^’ Mais il faudrait que je relise l’histoire car je m’en rappelle moyen xD

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :