Chronique #114 – Les chroniques de St-Mary, tomes 2, 3 et 4 – Jodi Taylor

Hello !

Me revoilà avec une série que vous commencez peut-être à connaître si vous suivez mes pérégrinations sur Instagram : Les chroniques de St Mary, de Jodi Taylor (oui, c’était dans le titre). C’est une saga SF/historique que je trouve très originale, avec un ton et un humour purement british, qui donnent une saveur particulière aux (très) nombreuses aventures que vivent les personnages, cette bande d’historiens/techniciens/savants fous maladroits mais attachants. Je vous avais déjà parlé du tome 1 ici, depuis j’ai dévoré les tomes 2, 3 et le 4 qui vient de sortir, et j’aime toujours autant (et ces couvertures olala je m’en lasse pas) ! Merci beaucoup aux éditions Hervé Chopin pour les envois 😀


couv20796390Tome 2 : D’écho en échos

333 pages

/!\ Résumé avec spoilers éventuels : Dans ce deuxième tome, la jeune historienne Madeleine Maxwell et son équipe ont bien l’intention de continuer leur travail de recherche et leurs mystérieux voyages. Ils se retrouvent ainsi projetés dans le Londres Victorien de Jack l’éventreur. Jamais très loin de leur tasse de thé, ils deviennent les témoins volontaires du meurtre de Thomas Beckett et partent même sur l’île Maurice pour tenter de sauver les derniers dodos… Bien évidemment, rien ne se passe jamais comme prévu et tout se complique lorsqu’un obscur ennemi décide de détruire l’institut St Mary, quitte à anéantir l’Histoire elle-même

Ce tome 2 est totalement dans la lignée du premier, donc vous vous en doutez : j’ai adoré. Le ton est toujours le même, on rigole beaucoup (souvent aux dépends des pauvres membres de l’institut), mais il y a aussi des passages plus sérieux/graves, et je trouve que le tout est très bien dosé. D’un point de vue historique, on navigue entre des périodes totalement différentes, et c’est vraiment un point que j’aime beaucoup dans cette saga, en plus d’être vraiment chouette à lire rien que pour suivre les personnages, on y apprend beaucoup de choses (plus ou moins utiles, mais toujours intéressantes !). Et peu importe la période choisie, l’autrice arrive à raconter ça de manière passionnante, en n’oubliant pas les fameuses pointes d’action qui font qu’on tourne les pages sans s’en rendre compte. J’ai un peu tiqué sur un passage à la fin, où les pensées de Max m’ont un peu chiffonnée, mais après en avoir discuté avec ma copine Hélène (qui est de manière générale sensible aux mêmes sujets que moi, ce qui nous rend un peu relous/critiques), j’adhère à son explication et je suis réconciliée avec Max (la menace).


couv74732912Tome 3 : Une seconde chance

346 pages

/!\ Résumé avec spoilers éventuels : Dans ce troisième tome, la jeune historienne Madeleine Maxwell et son équipe sont de retour et rien ne va plus. De la rencontre avec Isaac Newton au champ de bataille sanglant d’Azincourt, les historiens volent d’une catastrophe à une autre. Mais c’est surtout à Troie, alors qu’Achille et Hector s’apprêtent à s’affronter sous ses yeux, que le destin de Max va se jouer. Car si elle espère pouvoir percer le mystère du cheval de Troie, expliquer la destruction de cette cité mythique et toucher du doigt le destin tragique de Cassandre, elle va aussi devoir faire des choix irréversibles.

Je ne vais pas vous radoter ce que j’ai déjà dit pour le tome 1 et le tome 2, mais sachez que ce que j’ai adoré dans ces deux tomes se retrouve ici (donc quand même vite fait : les personnages et les situations rocambolesques dans lesquelles ils se mettent, Max et son humour british que j’aime tant, l’Histoire, l’action qui s’enchaîne tout au long du tome, les rebondissements souvent imprévisibles…). La différence ici, et qui m’a aussi beaucoup plu (désolée j’ai perdu mon objectivité dès le premier tome de toute façon), c’est la grosse mission à Troie. Parce que c’est une période que je trouve extrêmement intéressante (et rien à voir avec Brad Pitt, cessez d’être mauvaises langues), que j’ai trouvé la manière de l’aborder vraiment originale, et que cette immersion dans le feu de l’action m’a donné vraiment envie d’en lire plus sur le sujet (mais sans Max et ses compères je doute que ce soit aussi fun). Et c’est top aussi d’avoir des missions plus longues, qui permettent de détailler tout l’environnement, les coutumes etc, une vraie leçon de civilisation ! Ce tome, ou au moins une partie de celui-ci, touche à de nouveaux sujets bien plus sérieux, et on enchaîne encore les rebondissements, les moments tristes (genre VRAIMENT tristes, l’autrice est sadique) jusqu’à ce que ça finisse de manière totalement inattendue (j’étais bien contente d’avoir le tome 4 sous la main parce que whaaaaaat ?!?).


couv43665429Tome 4 : Une trace dans le temps

341 pages

/!\ Résumé avec spoilers éventuels : Dans ce quatrième tome, l’institut St Mary est en danger. Madeleine Maxwell, qui n’est plus tout à fait la même, a retrouvé Leon Farrell loin de l’agitation de St Mary et tous les deux décident de reconstruire leur vie… mais cela ne dure pas jusqu’au déjeuner. Ensemble, ils vont devoir partir au secours de l’institut qui est devenu la cible de la Police du Temps. De la destruction de Pompéi à l’Egypte antique, de l’Angleterre du Moyen Âge à celle du XVIIème siècle, la jeune historienne et son compagnon parcourent la ligne temporelle  vive allure. Poursuivis par des forces armées intraitables, ils affrontent les guerres, la peste noire, Akhenaton, l’éruption du Vésuve et doivent surtout tenter de ne jamais laisser de trace…

Contrairement aux trois tomes précédents, celui-ci a un aspect plus transitoire, ce qui peut se comprendre au regard des gros changements apportés par la fin du tome 3. Mais ne vous inquiétez pas, l’action est toujours au rendez-vous, et c’est peu dire ! Ce tome est un peu plus centré sur Max, qui doit faire face à pas mal de choses liées à son existence (ouuuh que c’est mystérieux), et elle se retrouve plutôt seule pour le faire. Ce qui freine un peu son humour et son mordant habituel, elle a d’autres choses à penser voyez-vous (remarquez c’est plutôt crédible du coup). Donc un peu moins de rigolade au rendez-vous, mais il y a quand même quelques passages qui m’ont bien fait rire (celui avec les cygnes par exemple, 2 ou 3 pages de pur délice). Pour une raison que je ne peux pas vraiment vous donner, les personnages sont un peu différents dans ce tome, il faut donc qu’on s’y « réhabitue », mais je ne doute pas que ça viendra facilement. Moins de missions à proprement parler ici, ce qui m’a un peu manqué, mais il y a toujours des voyages dans le temps, et les enjeux sont situés ailleurs (mais je ne peux pas non plus vous dire où :p). En tout cas c’était chouette, je suis curieuse de voir dans quelle direction l’autrice va nous emmener (surtout que le cliffhanger final, MERCI HEIN) !


Je trouve ça top que même après 4 tomes cette saga ne s’essouffle pas, Jodi Taylor trouve toujours quelque chose pour maintenir notre intérêt, voire le susciter de plus en plus, et j’approuve totalement cette façon de faire 😀 Plus qu’à patienter (sagement) jusqu’à février 2020 pour la sortie du 5ème tome !

Et vous, vous avez lu ces romans ?

7 commentaires sur “Chronique #114 – Les chroniques de St-Mary, tomes 2, 3 et 4 – Jodi Taylor

Ajouter un commentaire

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :