Chronique #104 : Le cirque interdit – Célia Flaux

Hello !

cirque interdit.jpg

Merci aux éditions Scrineo !

Dès l’annonce de la sortie de ce roman, j’étais au taquet, un roman qui parle de cirque avec une couverture canon : c’est bon je suis hypée. Donc je suis joie et bonheur d’avoir pu le lire ♥.♥

Un des gros points forts de ce roman selon moi, c’est la plume de Célia Flaux, fluide et efficace, elle ne se perd pas en détails inutiles et ça rend la lecture très agréable. Je n’ai pas trouvé de lourdeurs ou longueurs dans le récit, tout a son utilité et semble maîtrisé. Ça me donne d’ailleurs très envie de lire ses futurs romans pour voir comment son écriture peut « évoluer ». (oui c’est peut-être un peu tôt)

Au niveau des protagonistes, je ne me suis pas particulièrement attachée aux personnages principaux, même si on alternait leurs points de vue. J’ai trouvé qu’on en savait finalement assez peu sur leur manière de penser, notamment celle de Maria qui est quand même là en tant qu’ « infiltrée ». Mathieu est quant à lui un peu plus expressif, mais ses coups de nerfs inexpliqués ne m’ont pas rendue empathique. Cela ne m’a pas empêchée de suivre avec intérêt leurs histoires, en essayant de savoir où tout ça allait les mener. J’ai finalement préféré le personnage de Papy Vaz, il ne dit pas grand chose mais il guide pas mal nos deux héros et est très présent tout au long de l’histoire, de manière intelligente !

Le décor du cirque m’a beaucoup plu, forcément, je suis friande des romans se passant dans ce milieu (oui je sais, je l’ai déjà dit). J’ai trouvé intéressant d’aborder cette dystopie sous l’angle du cirque, dans un pays où le parti au pouvoir légifère pour interdire les sports/loisirs/métiers « à risque ». Les assurances ont un rôle important à jouer dans l’histoire, tout part d’ailleurs de ça, et j’ai aimé ces références à un système auquel on est habitués (en moins strict quand même, quoique…) et qu’on ne voit pas forcément souvent dans les romans. Cette dystopie n’est pas tant creusée, mais comme elle s’insère dans un cadre qu’on connaît plutôt bien, on comprend rapidement ce qu’il en est, sans avoir nécessairement besoin d’en savoir plus.

Le roman est finalement plutôt axé sur l’infiltration de Maria dans le cirque, sa quête de la vérité et ses relations avec la troupe. J’ai beaucoup aimé l’histoire, que j’ai assez rapidement dévorée, mais je pense qu’elle aurait mérité par moments un peu plus de développement, j’avais parfois l’impression qu’il manquait des passages tellement ça allait vite. Certaines scènes m’ont semblé un peu « faciles », mais je ne me suis pas trop attardée là-dessus, l’envie de savoir ce qui allait se passer prenait le dessus. Il y a une légère enquête et quelques retournements de situations, qui permettent de donner un bon rythme au récit.

Autre point fort qui fait aussi l’originalité de ce livre, ce sont les pages un peu spéciales qui s’insèrent entre les chapitres, et permettent de mieux appréhender le système dystopique et les enjeux du roman. Rapports, articles de presse, échanges de messages, j’ai adoré ces petits apartés, qui donnaient parfois des indices sur la suite des événements (mais comme je suis un peu neuneu, je ne comprenais généralement qu’après coup :D). J’ai aussi apprécié les titres de chapitres liés au monde du cirque, ça met encore plus dans l’ambiance !

Je mettrais quand même un petit bémol sur la romance, qui comme souvent n’est pas indispensable. Et encore, contrairement à pas mal de romans young adult dans lesquels ça m’insupporte, je ne l’ai pas trouvée trop envahissante dans l’intrigue, ni totalement niaise, je devais être dans de bonnes dispositions, ou je m’y habitue aha.

Dans l’ensemble, j’ai passé un très bon moment avec Le cirque interdit, qui est un premier roman bien construit avec un décor qui vend du rêve (en toute objectivité bien sûr). Je n’aurais pas dit non à quelques pages de plus pour étoffer l’intrigue et les personnages, mais c’est un peu pour chipoter, parce que c’était franchement cool !

4.très bonne lecture

Publicités

28 commentaires sur “Chronique #104 : Le cirque interdit – Célia Flaux

Ajouter un commentaire

  1. Je suis d’accord avec toi sur de nombreux points :
    – Les personnages principaux ne sont pas très attachants, mais j’ai beaucoup aimé Papy Vaz et même sa femme ;
    – La plume de Célia Flaux est magnifique ;
    – L’histoire aurait mérité davantage d’approfondissement ;
    – La romance n’était pas indispensable (et moi, elle m’a tapé sur les nerfs, dommage ! ^^).

    On a relevé les mêmes points forts/faibles, mais on n’a pas du tout le même ressenti final, car j’étais plutôt mitigée. Du coup, ça me conforte dans l’idée que ce livre trouvera son lectorat, et tant mieux ! Parce qu’il le mérite 😉

    Aimé par 1 personne

  2. Au premier abord, je pensais que c’était du fantastique ou de la fantasy, mais je ne m’attendais pas à ce que soit de la dystopie.
    L’envie de lire ce livre n’est pas forcément là, mais si une occasion se présente pourquoi pas. 🙂

    Aimé par 1 personne

  3. Wouah ! Il a l’air top ! la couverture est vraiment belle ! j’aime le titre ! Et je n’en avais jamais entendu parler ! 😀 Un super merci Cha pour cette découverte, j’ai envie de le commencer MAINTENANT ! (mais je ne l’ai pas, je suis un peu loin des librairies et la médiathèque va fermer :D)
    Je me le note, je pense, vu ce que tu en dis, qu’il peut vraiment me plaire. Et je pense que je vais adorer les petits apartés entre les chapitres ! ^^

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :