Chronique #103 : La vie qui m’attendait – Julien Sandrel

Hello !

la vie

Merci à Julien Sandrel et aux éditions Calmann-Lévy !

Je ne sais pas si vous vous souvenez, mais l’année dernière j’avais lu et beaucoup aimé La chambre des merveilles, premier roman de Julien Sandrel (qui a d’ailleurs été traduit dans beaucouuuuup de pays tellement il est cool). Si mon avis vous intéresse, je vous invite à aller lire ma chronique de l’époque, parce qu’aujourd’hui je vais vous parler de son nouveau roman, La vie qui m’attendait, qui sort ce jour en librairie (quel timing).

J’aime décidément beaucoup la plume de Julien Sandrel, qui a quelque chose de très chouette et entraînant, j’ai été embarquée dans ce roman dès les premières lignes. Les pages se tournent toutes seules et c’est vraiment plaisant à lire, je ne me suis pas ennuyée ! Il y a également quelques touches d’humour qui sont plutôt cools (j’aime l’humour).

Côté personnages, j’ai tout de suite accroché à Romane, qui est loin d’être insupportable malgré ses névroses, je l’ai même trouvée attachante. J’ai aimé suivre son évolution et ses raisonnements parfois farfelus, qui ne m’ont pas du tout fait penser à une incursion dans mon propre cerveau (pas du tout je vous dis). Le personnage de Désiré n’est pas en reste, même s’il me semble avoir tiqué 2/3 fois sur des phrases qu’il dit (et que je ne peux pas vous retranscrire ici parce qu’en bonne blogueuse en carton que je suis, je ne les ai pas notées) ou sur son côté un peu envahissant. Les autres personnages restent assez secondaires, le roman se concentre vraiment sur Romane, mais le peu qu’on sait du personnage de Juliette m’a plu également. 

Les sujets abordés dans ce roman sont intéressants, avec en toile de fond la question du bonheur, sujet pas forcément révolutionnaire mais que j’ai trouvé bien abordé. Des thèmes un peu moins rigolos sont également évoqués, comme la maladie, le deuil ou l’abandon. Je ne veux pas trop vous en dire, mais il y a quelques mystères dans ce roman, qui font qu’on veut très rapidement connaître le pourquoi du comment, et on est tenus en haleine jusqu’à la toute fin.

J’ai en revanche été moins émue/bouleversée par ce roman que par le précédent, à cause je pense de l’histoire un peu rapide, des quelques facilités dans le récit et de la relation un peu trop «  »superficielle » » entre les personnages (je mets des guillemets parce que ce n’est pas vraiment le terme approprié, l’auteur explique bien l’évidence de cette relation, mais j’ai eu du mal à m’y faire, contrairement à la relation Thelma/Louis dans La chambre des merveilles à laquelle je me suis identifiée plus facilement). Je pense que le thème me touche également moins, mais c’est un point de vue très personnel. 

C’était une lecture sympathique, portée selon moi par l’écriture de Julien Sandrel et le personnage attachant de Romane, c’est une sorte de roman feel-good avec des réflexions intéressantes sur le bonheur, mais qui aborde aussi des sujets plus difficiles comme la maladie ou le deuil. J’aurais aimé un tout petit peu plus de développement pour que certaines scènes me paraissent plus crédibles ou m’émeuvent plus, mais je lirai avec plaisir les futures publications de l’auteur !

3.bonne lecture

PS : La chambre des merveilles sort en poche le 27 mars si ça vous intéresse 😀

Publicités

11 commentaires sur “Chronique #103 : La vie qui m’attendait – Julien Sandrel

Ajouter un commentaire

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :