Chronique #91 : Thunderhead – Neal Shusterman

faucheuse.jpg

Si vous me suivez un peu, vous savez certainement que j’ai surkiffé le tome 1 de La faucheuse l’année dernière. Même si vous ne me suivez pas d’ailleurs… parce qu’il est possible que je le rabâche un peu partout afin de pousser tout le monde à lire cette saga géniale. (mais ça ne marche pas des masses, je connais encore au moins 3 personnes qui ne l’ont pas commencée… Et je ne citerai pas vos noms parce que je suis contre les lapidations en public (contrairement à certaines personnes dans le bouquin d’ailleurs), mais sachez que JE VOUS AI A L’ŒIL.). Sur ces menaces à peine voilées, passons à ce qui nous intéresse ici, à savoir le deuxième tome de cette saga fabuleuse (spoiler alert : j’ai autant voire plus aimé que le tome 1, donc vous n’avez pas fini de m’entendre en parler). 

On est sur un tome 2 donc c’est difficile d’en parler sans spoiler l’histoire, mais pour faire court ce tome c’est du high level de la science-fiction young adult (d’ailleurs c’est totalement adapté pour les adultes, soyez sûrs que je les relirai encore quand je serai vieille (dans 5 ans) et que le monde imaginé par Neal Shusterman sera en train de se réaliser sous nos yeux terrifiés) L’histoire est dingue, mais un peu du dingue-tranquille, genre on nous balance des trucs de fou sans faire d’effets d’annonces qui rendent le tout prévisible, vous voyez ? Et du coup on est sur le cul la moitié du temps. Et l’autre moitié on appréhende ce qu’il va se passer, parce qu’on comprend quand même bien que toute cette histoire ça craint du boudin.

J’aime toujours autant la plume de Neal Shusterman, et la manière dont il imagine ce futur tellement réaliste. Il a pensé à tout et nous explique le fonctionnement de plein de choses (politique, social, économie…) dans cette société « améliorée » (mais l’est-elle vraiment ? that is the question). En gros, j’ai passé mon temps à contempler le génie de l’auteur (oui peut-être que je fangirle un petit peu, laissez-moi tranquille), à m’interroger sur beaucoup de sujets ou à me dire « han mais c’est tellement vrai ». Il bouscule nos petits cerveaux en glissant discrètement (ou pas) des questionnements existentiels sur le sens de la vie, l’immortalité, l’intelligence artificielle et autres, et on ressort de là un peu lessivés mais tellement heureux d’avoir passé du temps avec ce bijou ♥

On va encore plus loin que dans le tome 1, en s’intéressant cette fois au Thunderhead, une intelligence artificielle absolument fascinante et hyper aboutie. On suit son cheminement de pensée tout au long du roman, jusqu’au final dinguissime qui laisse encore plus sur le derrière que tout le reste (je n’en dis pas plus mais : olala. OLALA). Le tome 3 promet d’être tout aussi génial, certains points qui ont été survolés jusqu’à maintenant seront certainement approfondis, et j’ai vraiment hâte de lire ça.

J’ai l’impression d’avoir encore beaucoup de choses à vous en dire (parce que finalement tout ceci reste un peu abstrait et évasif), mais je ne crois pas être capable de vraiment retranscrire tout ce que je pense. Donc je vais me contenter d’un petit mot de la fin pour vous convaincre : CE BOUQUIN EST PARFAIT, c’est mortellement intelligent, bien construit et écrit, on ne s’ennuie pas une seule seconde tellement tout bouge sans arrêt, et bon sang donnez-moi la suiiiiiiiiiiiite !! (et si vous ne l’avez pas encore lu, qu’est-ce que vous faites encore là ?!?)

J’ai lu ce roman en lecture commune avec Dame Popcorn et Dame P’tit Monstre, dont vous trouverez les avis très enthousiastes en cliquant sur leurs noms 😀 

5.

43 commentaires sur “Chronique #91 : Thunderhead – Neal Shusterman

Ajouter un commentaire

  1. Personne n’a l’air déçu pour le moment, je ne lis que des chroniques ultra positives ! J’ai bien fait de vite me le procurer, maintenant j’ai vraiment hâte de le lire pour retrouver les personnages du premier tome, suivre la suite de leur aventure et découvrir plus profondément le Thunderhead.

    Aimé par 1 personne

  2. Je me sens pas du tout visée par l’intro. Mais en ce moment je suis dans une période creuse pour ma PAL, j’achète peu (ou pas) et que en occas, du coup, comment veux-tu donc que je fasse ? Il faut que je le trouve en soldes à Gibert (et à moins de dix euros sinon je prends pas, merci) et donc c’est pas easy peasy sachant que j’ai pas de Gibert dans ma ville. Il y a aussi l’option (1 chance sur 10 000) que je le trouve dans la boîte à livres en bas de chez moi. Et là, ce serait TOP mon neveu. Sinon, inutile de me sortir la médiathèque, il n’y est pas ! Bref, c’est pas encore prévu que j’y lise. Mais on ne désespère pas !
    Bises
    Kin

    Aimé par 1 personne

  3. Oulala, je ne me sens PAS DU TOUT MENACEE LALA.
    Maiis c’est pas ma faute, mon exemplaire est à Paris et moi-même pas du tout !
    Mais promis, j’essaye de lire ça avant la fin de l’année (pataaapeeeeer)

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :