Chronique #77 : Les petites reines – Clémentine Beauvais

les petites reines

Après en avoir entendu parler maintes fois sur la blogosphère, je me suis jetée sur ce roman comme une affamée en le voyant trôner sur son étagère à la bibliothèque. Un soir où je ne savais pas quoi lire (oui ça m’arrive encore), je l’ai commencé. Et dès les premières lignes, j’ai su. J’ai su que je n’allais pas le lâcher, que j’allais bien me marrer, et qu’il allait énormément me plaire.

Faut-il encore vanter le talent d’auteure de Clémentine Beauvais ? Dans le doute, je vais en remettre une couche, juste pour ceux du fond qui n’ont pas suivi. La dame est très douée pour manier les mots, les mélanger dans tous les sens pour en faire sortir un je-ne-sais-quoi de vraiment top qui nous embarque direct pour faire un tour à vélo (et non en vélo) avec trois nanas complètement atypiques.

C’est drôle, mordant, on s’attache instantanément à Mireille et ses boudinettes Astrid et Hakima, qui vont montrer qu’on peut être fortes au sens physique tout en l’étant au sens moral (au cas où certains en doutaient), et que la bêtise humaine, même si elle a encore de beaux jours devant elle, ne l’emporte pas systématiquement. Mireille est une héroïne courageuse, pleine d’humour et de répartie, qui ne se laisse pas démonter. J’ai aimé la dynamique de sa relation avec sa mère, Philippe Dumont et les boudinettes (qui sont tous drôles aussi, si vous devez retenir un seul truc c’est : ce livre est drôle. Voilà, merci de votre passage.). En fait, Clémentine Beauvais vend du rêve en nous parlant de trois filles qui vont faire du vélo de Bourg-en-Bresse à Paris en vendant des boudins, et pour moi qui n’aime ni le vélo, ni le boudin, je peux vous dire que ça relève du génie. 

Comme prévu lors de ma prémonition de début de lecture (cf le début de l’article si t’as foncé à la conclusion sans lire le reste (bouuuuuh)), je ne l’ai pas lâché, je me suis bien marrée et il m’a énormément plu. J’en veux un autre maintenant, tout de suite (ça tombe bien, Songe à la douceur est dans ma PAL) !

PS : Cette chronique était sponsorisée par l’abus de parenthèses, vous m’en voyez navrée.

4.

Publicités

28 commentaires sur “Chronique #77 : Les petites reines – Clémentine Beauvais

Ajouter un commentaire

  1. OUIII OUIIIII OUIIIII (Et non je ne suis pas Julien Lepers) ! Je suis tellement contente que tu ai aimé ce roman et la plume de Clémentine Beauvais, j’espère que tu aimeras tout autant (voir plus (olala la pressiiiioon)) Songe à la Douceur ♥

    Aimé par 1 personne

  2. Songe à la douceur est loin d’être marrant, mais on retrouve la plume sensible de l’autrice, et je l’ai adoré !
    Pour le reste, je suis tout à fait d’accord avec toi… et ce livre n’est pas juste drôle avec de jolis laves dedans, c’est aussi un livre avec des personnages hyper travaillés et nuancés !

    Aimé par 1 personne

    1. J’ai hâte de le découvrir 🙂
      Oui c’est vrai que je n’ai pas réussi à mettre ça en avant (je trouvais qu’il manquait quelque chose dans mon avis mais je n’arrivais pas à le formuler ^^), mais je suis d’accord avec toi pour les personnages !

      J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :